Le troupeau aveugle (21 mai 2008)

907874428.gifC'est le titre d'un roman SF de John Brunner paru en 1972. Le troupeau aveugle dont, on peut lire un résumé/critique, m'avait déjà beaucoup impressionné lorsque je l'ai lu il y a environ 20 ans.

Sans entrer dans les détails, ce livre dépeint un monde où l'environnement se détraque et où les gens accumulent des maladies de toutes sorte. L'aspect le plus sombre est qu'à chaque "bonne" nouvelle, sous forme de parade technologique, non seulement la solution échoue sur le terrain mais en plus la situation empire.

J'avais recommencé à le lire il y a quelques temps, mais j'ai abandonné car franchement j'adore la SF sauf lorsque j'ai l'impression qu'elle est déjà dépassée.

Chaque jour amène son lot de nouvelles calamiteuses ou de fausses bonnes nouvelles. Les mises en gardes que nous adressait John Brunner en 1972 sont malheureusement obsolètes.

Quelques exemples récents:

La Suisse a annoncé avoir perdu un tiers de ses abeilles cet hiver, officiellement à cause de Varroa destructor, mais on vient d'annoncer la découverte d'une cause (parmi d'autres)  que je trouve terrifiante: à cause de la pollution, les fleurs ont perdu leur parfum, les odeurs, au lieu d'être perceptibles par les insectes sur 1000-1200 mètres ne le sont plus qu'à 200-300 mètres.

Cette pollution n'est pas prête de diminuer, face à la montée inexorable des cours du pétrole, ce ne sont pas les alternatives propres (hypothétiques ou avérées) qui vont prendre la relève, mais le charbon. Même les Emirats multiplient leurs centrales électriques à charbon.

Face à la crise alimentaire qui pointe son nez, l'Europe décrète la fin des jachères et la suppression des quotas laitiers. Le fait que sur terre chaque année 2 millions d'hectares de sol fertile disparaissent à cause de l'érosion ou de mauvaises pratiques agricole ou que les ruminants produisent quantité de méthane, puissant gaz à effet de serre n'a aucune importance.

Pendant ce temps les scientifiques fabriquent des OGM humains ou mettent au point des techniques de surveillance absolues

La seule chose qui me remonte le moral, c'est de savoir que de plus en plus de gens (mais encore une infime minorité) sont conscients de ce qui est en train de se passer. Ces gens ont intégré le fait qu'il va y avoir des changements profonds à tous les niveaux et réfléchissent, non pas à une façon d'éviter l'inéluctable, mais à une façon de gérer la transition.

 

Article repris par Naturavox 

18:53 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : john brunner, apiculture, cdd, abeilles, mort des abeilles, pollution