Mort aux vaches (10 février 2009)

cow-fart.jpgHier, le législatif communal dont je fais partie a été invité à la présentation d'un nouveau projet lié à l'approvisionnement d'eau potable pour notre commune. L'élément principal est l'installation d'une unité d'hyper-filtration, indispensable pour que l'eau captée en montagne soit potable.

Mais pourquoi cette eau n'est-elle plus potable ?

Elle ne l'était déjà plus tout à fait à cause des vaches qui y paisent et la contaminent, entrainant ainsi l'adjonction de chlore durant la saison où les vaches sont à l'alpage.

L'autre raison est plus grave: la turbidité (teneur en matières qui troublent l'eau) devient trop importante. Elle est passée en moins de deux décennies, de quelques jours par années - causée par quelques pluies torrentielles, à une centaine de jours - causée par la fonte du permafrost d'altitude.

Cette fonte du permafrost est due au réchauffement climatique, qui est du, pour une partie non négligeable, aux milliards de vaches qui pètent des gaz à effet de serre. Le réchauffement devient tangible, ma communauté va devoir payer sa première facture (2-3 millions) du réchauffement.

Plus grave, ce phénomène n'est pas pris en compte par l'étude sur Les changements climatiques et la Suisse en 2050 - Economie des eaux.

Une fois de plus, les effets à long terme de nos expériences folles ne sont pas prévisibles.

Quand allons-nous réagir ? Je me le demande, les Australiens ont leur forêts qui brûlent et doivent ultra-filtrer leurs égouts pour obtenir de l'eau potable, ça ne les empêche pas de continuer à miner et exporter des tonnes de charbon.

 

PS: Berne, 18.06.2009 - L'augmentation des émissions agricoles de gaz à effet de serre dépend en premier lieu de la croissance des cheptels. Les mesures techniques actuellement disponibles ont peu d'effet et sont coûteuses, comme le constate une étude réalisée par l'EPF de Zurich sur mandat de l'Office fédéral de l'agriculture (OFAG), de l'Office fédéral de l'environnement (OFEV) et de l'Union suisse des paysans (USP).

"La principale émission de GES par l'agriculture est due aux rejets de méthane qui dépendent fortement de l'alimentation du bétail."

Diminution du cheptel = diminution des gaz à effet de serre issus de l'agriculture

 

 

10:59 | Lien permanent | Commentaires (0)