Enfin du miel ? (14 février 2011)

L'hiver n'est pas encore terminé et il est encore un peu tôt pour crier victoire, mais avec ces belles journées les abeilles sortent et me réjouissent le coeur.

Warre5.jpgMes trois ruches semblent avoir passé l'hiver et l'une semble plutôt en forme. Elles rentrent diverses sortes de pollens et à l'intérieur la reine doit pondre à bon rythme.

Après avoir perdu toutes mes colonies deux années de suite, je reprends espoir.

La première année, j'étais parfaitement débutant, j'ai acquis des essaims artificiels et n'ai pas fait de traitement ni de nourrissement.

La seconde année, j'ai nourri (peut-être trop) et pas fait de traitement. Aucune colonie n'a atteint l'hiver.

Cette fois-ci, j'ai fait un traitement à l'acide formique en été et un traitement à l'acide oxalique à la fin décembre. A chaque fois, je n'ai pas spécialement vu beaucoup de varroas, mais dans le doute j'ai préféré prendre toutes mes précautions. Je tenterai de nouveaux essais sans traitement lorsque j'aurai une dizaine de colonies saines et habituées à ce type de ruche.

La ruche Warré est intéressante et nécessite très peu d'interventions. La ruche n'est quasiment jamais ouverte et ainsi les abeilles peuvent contrôler parfaitement les paramètres climatiques à l'intérieur. Les cires fraiches et renouvelées en principe chaque deux ans règlent potentiellement beaucoup de problèmes sanitaires

 

Warre2010.jpg

 

Sa petite taille fait qu'elle se réchauffe facilement et les abeilles démarrent vite en saison (mais ça je ne sais pas encore si c'est un avantage).

La récolte de miel se fait en prenant l'élément du dessus et en écrasant les rayons, ce qui donne un miel plus fort en goût, avec des traces de pollen et de cire. Les amateurs apprécient.

Son inconvénient est de devoir soulever tous les éléments pour l'agrandir par le bas, et surtout, dans ma région qui est loin d'être idéale pour les abeilles (les apiculteurs récoltent en moyenne 10kg par an, dans d'autres régions ça peut être 100kg), j'ai un peu peur que la nécessité de récolter un élément entier pose problème certaines années.

ktbh.jpgJ'ai construit une autre ruche, une ruche à barrettes horizontale kenyanne, qui suit un peu la même philosophie mais l'agrandissement se fait latéralement, ce qui permet de récolter un seul rayon à miel si on le désire. Elle est aussi plus facile à inspecter que la Warré.

Ce style de ruche est très populaire en Afrique, de section trapézoïdale inversée. Les barrettes supérieures sont mises côte à côte et ferment la ruche (le toit n'est là que pour protéger le tout des intempéries). Deux plateaux de séparation mobiles permettent d'ajuster la taille de la ruche.

Elle est facile à construire et son utilisation s'est répandue sur tous les continents. Ne reste plus qu'à la tester !

Guide de construction et méthode de conduite (version Chandler, l'apiculteur aux pieds nus), vidéos décrivant les étapes de la construction. Voir aussi apiculture à petite échelle.

15:04 | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : abeilles, apiculture