Mon premier toilette à compostage (28 décembre 2006)

Voilà deux semaines que j'expérimente mon premier toilette à compostage, ou plutôt mon premier système de toilette à sciure avec compostage externe. La distinction est importante, un toilette à compostage est un système bien particulier où les excréments sont sont compostés à l'intérieur du dispositif. Ce genre de système est généralement soumis à législation et doit être homologué.

Le système que j'ai construit, d'après le livre The Humanure Handbook (voir note précédente), est un simple récupérateur d'urines et d'excréments utilisant la sciure comme matériel de couverture, en d'autres termes, un pot de chambre amélioré, le processus de compostage a lieu dans le jardin.

medium_Pict0470.jpgLa couverture de sciure permet d'absorber les liquides et surtout de couvrir les odeurs.

Ce premier modèle est expérimental, mon but est de tester le processus, j'ai donc construit au plus simple: un panneau de contreplaqué est découper pour laisser passer le bidon de plastique 25l et fixé sur une caisse en bois du commerce dont le fond a été décloué. Il suffit de fixer la cuvette et l'ensemble est fonctionnel. Selon la taille de la caisse et la hauteur du bidon, il faut rajouter des pieds. Pour le compostage, j'ai rajouté un composteur Juwel de 700l. Comme matériel de couverture, j'ai utilisé de la sciure humidifiée, je dois encore aller visiter la scierie voisine pour y trouver de la sciure déjà un peu pourrie, en attendant j'utilise de la litière pour lapins et poules que je commande en sac compactés de 20 kg/350 l pour environ 10€ .

Comme je suis le seul à l'utiliser, et que notre maison dispose de 2 autres toilettes, le bidon ne se remplit pas très vite. La première constatation est que ce n'est pas la quantité qui compte, le matériel de couverture filtre assez bien les odeurs, mais la durée: au bout d'une semaine, ça commence à sentir et il faut vider. L'opération de vidange est un peu nauséabonde mais ça ne dure que quelques secondes, dès qu'on a mis de la matière organique propre par-dessus, on ne sent plus rien, enfin presque, c'est le savon qui sent le plus, il faut que j'en mette moins. Comme il fait très froid, le tas de compost n'a pas encore commencer à chauffer, mais j'imagine que la température va très vite monter une fois qu'il sera à moitié plein et que la température extérieure montera.

Après deux semaines, mon impression est donc plutôt bonne: simple à utiliser, peu ou pas d'odeur. La prochaine étape sera de convaincre le reste de la famille de l'utiliser, mais ça c'est une autre histoire...

L'économie d'eau réalisée est évidente, je pense une bonne centaine de litres par jour. Je suis bien conscient que mon action est globalement insignifiante, autour de moi on continue à gaspiller l'eau potable et mon économie est une goutte d'eau dans l'océan. Néanmoins, je suis content chaque fois que je l'utilise, je pense à l'eau économisée ainsi qu'au futur compost, et j'ai surtout la conviction de faire quelque chose pour l'environnement, ou en tout cas de culpabiliser un peu moins.

21:50 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : toilettes sèches, compostage