Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Une énergie propre et abondante

medium_clean_nuclear_energy.jpgTout le monde, ou presque, est d'accord pour dire que nos sources d'énergie ne sont pas éternelles et qu'il devient urgent de s'en assurer des nouvelles, mais avec une contrainte supplémentaire: qu'elles soient propres, c'est-à-dire que leur captation, leur extraction et leur consommation ne génère pas de pollutions tels des déchets radioactifs, du CO2 ou autres produits chimiques. Et bien sûr qu'elles soient abondantes pour satisfaire nos besoins croissants.

Presque tous les gouvernements se penchent actuellement sur le sujet et on nous propose généralement des variantes qui vont des scénarios type négawatt (réduction de 60 à 80% de notre consommation), au développement des énergies alternatives à la construction de nouvelles centrales nucléaire en attendant de disposer d'autres sources d'énergie.

Mais quelles sont ces énergies propres et abondantes ?

Avant d'aller plus loin, clarifions un point: l'hydrogène n'est pas une source d'énergie, c'est un média, un moyen de stockage, et même si c'est l'élément le plus répandu dans l'univers, sur Terre il faut le fabriquer, et pour le fabriquer, il faut...de l'énergie électrique qu'il faut également fabriquer.

Ces derniers temps, avec le rapport du GIEC (Groupe d'expert intergouvernemental sur le climat) sur le climat et les rapports de différents gouvernements sur les stratégies énergétiques pour les prochaines décennies, il est clair que le sujet est d'actualité et que tous les citoyens de tous les pays se doivent d'y réfléchir et donner leur avis, lorsqu'ils ont la chance d'habiter dans un pays où leur avis peut compter.

L'influence du CO2 produit par l'homme sur le réchauffement climatique, probable à 90% selon les chiffres 2007, discrédite évidemment nos sources d'énergie actuelles: pétrole, gaz et surtout charbon.  Il est en plus probable que nous ayons déjà atteint le pic de production pétrolier, la prochaine énergie fossile disponible en grande quantité est, pour notre plus grand malheur, le charbon, même si des évolutions techniques vont permettre de limiter partiellement les émissions de CO2. Mais là n'est pas mon propos.

medium_nuclearreaction3.jpgCet état de fait a permis aux partisans du nucléaire du monde entier de sortir du bois, où ils s'étaient cachés depuis l'accident de Tchernobyl, et de clamer que le nucléaire est l'énergie propre et sûre et abondante de l'avenir. On a évidement par résolu le problème des déchets, ni n'avons une perception très claire des difficultés et de la nocivité de la filière de production de l'uranium, ni parlé du fait qu'il s'agit d'une source fossile limitée, ni considéré que son prix a pris l'ascenseur, ni relevé que lors des canicules en 2003 la France a du arrêter un ou plusieurs réacteurs, ni évoqué que les Suédois sont passés à un fil de la catastrophe. Mais là n'est pas mon propos.

medium_biofuel_energy_for_the_future.jpgOn parle aussi beaucoup des biocarburants comme la solution de remplacement pour le pétrole. C'est une bonne nouvelle que de maîtriser cette technologie car elle n'est pas dépendante d'énergies fossiles enfouies de l'autre côté de planète, mais quand on parle de remplacement du pétrole il faut savoir que nous consommons annuellement ce que la biosphère a mis 400 ans pour produire. En d'autres termes, les biocarburants ne peuvent, qu'assurer 1/400ème de notre consommation de pétrole à condition que nous y consacrions tous ce qui pousse sur la planète. Mais là n'est pas mon propos.

Il reste les énergies propres du futur, celles qui restent à découvrir, qui sont déjà à l'étude ou au stade de prototype comme la fusion nucléaire. Alors imaginons que le projet ITER (International Thermonuclear Experiment Reactor) ou un autre soit un succès et que nous disposions (au mieux dans 50 ans mais ce n'est pas mon propos) de cette fameuse énergie abondante et propre.

Qu'allons-nous faire avec cette énergie ?

Nous allons tout simplement l'utiliser, produire, consommer, construire, se déplacer, se reproduire, la gaspiller.

medium_megacity.jpg

L'énergie est propre mais ses effets ne le sont pas: toute l'activité de l'homme est nuisible pour la biosphère et cette biosphère nous en faisons partie et en dépendons pour notre santé. Rien ne se perd, rien ne se créée: cette énergie ne pourra que transformer des éléments issus de notre environnement, qui sont limités et dont les sous-produits polluent.

Il y a également une corrélation évidente entre l'énergie disponible et l'accroissement de la population, combien serons-nous sur Terre après un siècle de jouissance d'une énergie illimitée ?

Alors nous essayerons de faire ce que l'humain a toujours fait: conquérir des nouveaux espaces, en l'occurrence aller dans l'espace, mais l'espace est bien plus vaste que nos océans et il serait suicidaire de fonder nos espoirs là-dessus.

Alors quelle est cette énergie propre et abondante ?

Il n'y en a pas, en tout cas pas selon nos critères actuels.

L'énergie la plus propre est celle qu'on n'a pas consommée.

L'énergie solaire est propre et abondante pour les plantes et beaucoup d'êtres vivants, pas pour nous si nous voulons l'utiliser pour construire des centres commerciaux et des autoroutes.

Nous vivions très bien dans les années 60 avec une consommation énergétique par habitant bien moindre que celle d'aujourd'hui.

Le problème n'est donc ni technique ni scientifique, il est social et philosophique et le débat public actuel est complètement déplacé. Il est urgent de le recentrer.

medium_hamac.gif
Lien permanent Catégories : Energie, Environnement Imprimer

Commentaires

  • Je dirais que le débat est politique et qu'il ne se solutionnera pas car la première condition requise pour solutionner ces crises est la fin de la croissance continu. En effet comment supposer pouvoir continuer à croitre continuellement alors que nous vivons sur une planète qui elle a des ressources finies? Cette équation doit être résolue pour que nous ayons une chance de survivre comme civilisation.

  • je ne comprends pas bien le point en italique où tu indiques que l'hydrogène n'est pas une source d'énergie ?
    L'uranium ou le pétrole en tant que tels ne le sont pas non plus : s'ils ne sont pas préparés (raffiné, enrichi,...), ils ne sont pas utilisables.

  • Ce que je voulais dire, c'est qu'il y a sur terre des réserves de pétrole et d'uranium qu'on extrait et qu'on raffine, mais à la fin le bilan énergétique est clairement positif.
    Il n'y a pas de mines d'hydrogène: il faut le fabriquer, et pour le fabriquer, il faut beaucoup d'énergie (plus que ce qu'il te restitue). En fait le seul intérêt est que sous cette forme il est plus exploitable.
    Par exemple, tu peux utiliser des surplus d'énergie solaire ou éolienne pour fabriquer de l'hydrogène, ce qui te permet de stocker l'énergie et la réutiliser plus tard quand il n'y a pas de vent ou pas de soleil.

    http://wiki.oleocene.org/index.php/Hydrog%C3%A8ne

  • En France plus qu'ailleurs, nous sommes très mal informés de la possibilité de produire notre énergie, l'électricité en particulier, sans utiliser le nucléaire.

    Mais qu'en sera-t-il de cette électricité d'origine nucléaire dans une vingtaine d'années, quand le combustible sera rationné à cause du déclin de la production d'uranium ?

    Aucun réacteur différent de ceux de la génération actuelle ne sera en état de produire de l'énergie (étape industrielle) à cette date.

    Ce site : http://futura24.site.voila.fr/index2.htm

    apporte quelques réponses et fournit de nombreux liens vers des documents à lire avec beaucoup d'attention.

  • Merci, j'ai beaucoup ri ! Eh oui, il n'y a pas d'énergie abondante et propre. L'effet rebond est extraordinaire: proposer à des consommateurs d'économiser sur leur facture d'électricité par différents moyens, mais que font-ils de cette économie: consommer autre chose, pourquoi pas un voyage en avion autour du monde... Pareil avec l'énergie, la course à la production, pourquoi faire? des gadgets en plastique dans les sachets de cornflakes. Quelle farce, cette course au toujours plus. Vraiment, mettons nous à l'ouvrage, s'il faut vivre à énergie égale comme en 1960 je suis prête, surtout avec les amis.

  • Bonjour Dominique,

    Tu dis, et tu me l'apprends, j'en suis contente que l'hydrogène n'est pas une source d'énergie, c'est un média.
    Je voudrais préciser que l'électricité aussi est un média, qui en plus se stocke difficilement (batteries polluantes et de vie courte).

    Merci à toi Dominique pour tous ces articles très intéressants

  • J'aimerais tel ment que les travaux de Nicolas Tesla soient mis aux jours !

Les commentaires sont fermés.