Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Initiative pour un climat sain

En Suisse, la campagne de récolte de signatures pour l'initiative populaire fédérale "pour un climat sain" est en cours. Elle demande une réduction de l'émission des gaz à effet de serre de 30% d'ici à 2020.

Aussi louable qu'elle soit, je me demande si je vais la signer.

Il s'agit de modifier deux articles (voir l'original):

1. La Confédération et les cantons mènent une politique climatique efficace. Ils veillent à ce que les émissions de gaz à effet de serre résultant de l’activité humaine produites en Suisse diminuent d’au moins 30 pour cent d’ici à 2020 par  rapport au volume qu’elles atteignaient en 1990. La Confédération fixe des objectifs intermédiaires.

2. La législation d’exécution se réfère à l’art. 89, al. 2 à 4; elle met l’accent sur l’efficacité énergétique et les nouvelles énergies renouvelables.

Ce qui me gêne, c'est qu'on parle des nouvelles énergies renouvelables, mis à part les agro-carburants et j'ai déjà dit ce que j'en pensais ou la géothermie dont on sait que les dernières tentative à grande échelle à Bâle sont loin d'être concluantes, pourquoi ne pas mettre en priorité également les énergies renouvelables connues ? Une brochure* du WWF que j'ai reçue il y a quelques temps était malheureusement explicite sur le rôle important des agro-carburants dans le cadre de cette initiative.

Dans leur explications sur la biomasse (bois, déchets végétaux, plantes cultivées aux fins de production d'énergie), il n'y a aucune mention de la controverse sur les agro-carburants, de la compétition entre production agricole nourricière et production agricole énergétique, aucune mention du fait que dans la nature il n'y a pas de déchets végétaux, que ces "restes" sont sensés retourner dans le sol si on ne veut pas compenser leur absence par des engrais synthétiques.

On ne parle surtout pas d'économies d'énergie ou d'incitations à moins produire.

Le comité d'initiative est pourtant des plus sérieux: des politiciens (gauche, verts, conservateurs mais pas de libéraux ni de radicaux) et des associations de protection de l'environnement. Je pense qu'ils sont de bonne foi, mais peut-être trop liés au "business vert".

La probabilité que cette initiative passe est très faible (comme toutes les initiatives). De plus, comme on parle de modifier la constitution, il faut obtenir la majorité des cantons et la majorité de la population. Mais si toutefois elle passait, pourrait-on s'en réjouir ? Je pense que non car elle ne dit pas du tout ce que la confédération doit faire si les objectifs finaux ou intermédiaires ne sont pas atteints. En étant acceptée,  elle désamorcerait toute autre initiative plus radicale ou plus nécessaire, un peu dont la façon dont la signature généralisée du pacte écologique de Nicolas Hulot a complètement évincé l'écologie de la campagne présidentielle française.

Je vais faire part de mes remarques au comité d'initiative, on verra si des nouveaux arguments peuvent me faire changer d'avis.

On verra également quelle énergie les opposants issus des milieux industriels et économiques mettront à contrer cette initiative. Si leur réaction est molle, il y a fort à parier que cette initiative ne vaut rien et qu'il ne faut surtout pas la signer.

* Dans la même brochure, un article présentait l'initiative et le rôle important des agro-carburants, tandis qu'un autre article mettait en doute leur intérêt écologique réel. Cela donne une idée de la confusion actuelle sur ces énergies dites renouvelables.

Lien permanent Catégories : Environnement Imprimer

Les commentaires sont fermés.