Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La farce et le dindon

Dans le même ordre d'idée que Nous sommes arrivés à la croisée des chemins, mais de portée plus large et mieux écrit.

La farce et le dindon d'André Sautou, octobre 2007

Dans cet essai – délibérément bref et concis – André met tout d’abord en évidence la situation critique dans laquelle nous sommes aujourd’hui, à l’approche du pic de production énergétique. Il propose ensuite une histoire, déroulée à l’échelle des temps géologiques, expliquant comment  notre espèce a été produite puis conduite à évoluer jusqu’à cette situation. Il analyse plus particulièrement l’extraordinaire expansion que nous avons vécue au cours de l’Holocène, la période géologique concernant les dix mille dernières années, au cours de laquelle nous avons érigé des civilisations de plus en plus performantes (mais aussi de plus en plus volumineuses et prédatrices sur les ressources disponibles) grâce à la découverte et à la mise en exploitation de divers gisements concentrés.

Il se révèle, au terme de cette analyse, que la nature est en train de nous jouer une farce dont nous serons bientôt le dindon. Parvenus aujourd’hui à la fin du paroxysme explosif terminal de notre formidable expansion « décamillénaire », nous découvrons avec stupéfaction que notre évolution nous a conduit vers un piège duquel nous ne pourrons sortir qu’après avoir traversé un « moulin à farcir ».

Je vous invite fortement à découvrir ce texte qui ne pourra pas vous laisser indifférent.

Je n'ai rien à y ajouter, si ce n'est qu'à mon avis, le hasard, le fait d'être au mauvais moment au mauvais endroit comptera autant que notre préparation et nos choix d'aujourd'hui.

Lien permanent Catégories : Energie, Environnement Imprimer

Commentaires

  • Je suis l'auteur de l'essai.

    Je vous invite à effectuer une mise à jour de votre présentation. Celle que vous avez reproduite a été remplacée par une autre, plus précise et plus fidèle par rapport au texte. Voir resornoir.org, série documents.

    Cordialement.

    Remarque : J'ai lu votre article intitulé "Nous sommes arrivés à la croisée des chemins". J'ai effectivement trouvé qu'il se situait dans le même ordre d'idée que mon mon essai, et fort intéressant.

    - Merci, j'ai mis l'article à jour -- Imago

  • Merci d'avoir effectué la mise à jour.

    Vous avez probablement raison en ce qui concerne l'avis ajouté, et j'ai effectué la même remarque après avoir lu la conclusion de Laurent Pacelli. En dépit de cette réserve, je pense néanmoins que sa conclusion est bonne, pour l'essentiel, et je recommande cet article (Après le pic, quel déclin ?) à tous ceux qui ne l'ont pas encore lu.

    André Sautou

  • Informations et précisions communiquées par l’auteur :

    Il m’a été signalé que quelques internautes n’ont pas pu ou su installer convenablement Adobe Reader sur leur ordinateur et n’ont donc pas pu télécharger La farce et le dindon.

    Pour pallier à cet inconvénient, je suggère que le document original de cet essai (publié par Les Editions de l’Or Noir sur le site resornoir.org en format .pdf) soit reproduit dans les formats html et .doc .

    J’attire l’attention publique sur le fait suivant :

    Cet essai peut être reproduit et diffusé librement, dans son intégralité (*), à condition de ne pas être modifié. Je considère qu’il appartient à l’espèce humaine et je ne revendique aucun droit d’auteur.

    André Sautou

    (*) Précision : L’essai intégral qui peut être librement reproduit comporte une page de présentation par l’éditeur, le texte principal, une note de l’auteur et sept annotations ou références.

  • Cet essai a été reproduit en format HTML (en décembre 2007) sur la page multilingue intitulée « The smart creature » (littéralement : « La créature subtile ») localisée à l’adresse WEB suivante : http://thesmartcreature.blogspot.com/ . Une version anglaise (intitulée « The smart creature and the nasty trick », littéralement : « La créature subtile et la vilaine farce ») et une version espagnole sont en préparation afin d’être prochainement publiées sur la même page. Des traductions dans d’autres langues suivront, avec le concours des lecteurs multilingues qui voudront bien participer à notre projet.

    Contact : jando.riac@live.fr . (Ecrire en français, espagnol ou anglais).

    Deux liens appropriés vers Imago ont été placés sur la page (en haut à gauche), l’un concernant « La farce et le dindon » et l’autre « Somme-nous arrivés à la croisée des chemins ? ». Je suggère, en réciprocité, qu’un lien vers « The smart creature » soit ajouté à chacune de ces deux pages de votre site.

  • Bien André, je partage tes soucis et tes préoccupations comme je suppose, la plupart des "créatures intelligentes" qui vivent sur " Gaïa ". Nos efforts et nos convictions seront-ils suffisants pour modérer les pollueurs institutionnels, je veux parler des états qui refusent et refuseront encore longtemps de réduire leur hyperproduction dans le seul but de dominer le commerce mondial. Le protocole de Kyoto, 173 pays ont signé, mais combien appliqueront réellement les consignes au détriment de leur évolution économique ?...
    Le chemin qui conduit à l'écologique et à un hypothétique paradis terrestre est encore long et parsemé d'embûches. Sans sombrer dans le pessimisme il me semblerait plus judicieux dans l'immédiat de chercher des moyens de protection des populations contre les effets délétères de l'inexorable changement climatique, catastrophes naturelles, cyclones, inondations, sécheresses, famines, épidémies et j'en passe …vont se multiplier, dans ce domaine il est encore peut-être possible et urgent d'agir pour assurer une assistance éventuelle aux populations les plus exposées. Les multiples réunions au plus haut niveau, n'apportent rien de concret et les sommes dépensées certainement démesurées, pour ces palabres mériteraient d'être plus judicieusement utilisées pour développer des moyens de protection contre les calamités qui elles sont déjà d'actualité.

    Tous mes meilleurs vœux climatiques pour 2008.

    Jean

  • @Jean, je partage le constat, mais se consacrer à soigner les dégats revient à poser un sparadrap sur une plaie béante, et cet effort ne sera fait que s'il est rentable, on ne fait qu'entretenir le cercle vicieux. Je pense qu'il faut quelque chose de plus radical.

  • Information :

    J’ai découvert tout récemment que l’article intitulé « Après le pic, quel déclin ? », par Laurent Pacelli, constituant la référence (5) dans la liste des annotations présentées à la fin de « La farce et le dindon » {publication initiale par resornoir.org, aujourd'hui disparue} et mentionnée dans le deuxième commentaire, a été reproduit sur la page :

    http://www.billot.fr/apreslepic.pdf

Les commentaires sont fermés.