Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Quand sortir du bocal ?

Nous connaissons tous cette histoire de grenouille dans un bocal qui se laisse ébouillanter si on chauffe l'eau très progressivement.

32ec349575d29668f48ba5eedbddeb2d.jpgSi l'on considère que nous sommes tous des grenouilles, il serait intéressant de savoir à partir de quel point nous nous décidons à gravir les échelons pour sortir du bocal.

Les facteurs d'ébullition ne manquent pas, ceux qui étaient en vacances à Disneyland peuvent se mettre à jour ici et .

Considérant que pour diverses raisons il est quasiment impossible de sortir du bocal d'un seul saut, il n'y a pas d'autre solution que de gravir les échelons un après l'autre. Le nombre et l'ordre des échelons varie d'un individu à l'autre, d'une situation à l'autre, je vais présenter deux types d'échelle.

La première est de type "avis de tempête", elle est simple car facile à comprendre, facile à hiérarchiser et il est assez facile de savoir quand et comment passer d'un échelon à l'autre:

  1. tout va bien, la vie continue.
  2. petites perturbations en vue, quelques mesures simples à prendre.
  3. grosses perturbations en vue, quelques mesures à prendre pour ne pas être trop gêné. 
  4. avis de tempête, il faut fermer les écoutilles, tout amarrer, et prendre des mesures extraordinaires
  5. tornade maximale, fuir ou éviter la zone 

La deuxième est plus liée à la vraie vie:

  1. ne rien faire (jouir de notre merveilleuse société de spectacle et de loisirs)
  2. remplir ses armoires de nourriture
  3. se mettre au jardinage
  4. rembourser toutes ses dettes
  5. diversifier ses placements pour du défensif, acheter de l'or physique
  6. changer de job pour un travail plus proche ou déménager pour se rapprocher
  7. déménager vers un logement plus petit
  8. changer complètement de job
  9. changer de vie

Les premiers échelons sont faciles à gravir, demandent peu d'efforts ou peu de moyens, puis cela se complique nettement, les difficultés sont de deux ordres: matérielles et psychologiques, j'y reviendrai.

14f0a39adc6effc5201f1963d6f1e129.jpg

Si on veut éviter de finir ébouillantés, il y a donc trois difficultés: la première est de reconnaître le fait que la température monte, la deuxième est de déterminer sur quel échelon on se trouve, la troisième est de passer à l'échelon supérieur.

Les juifs d'Allemagne se sont retrouvés dans une situation similaire: leur environnement socio-politique s'est lentement mais sûrement dégradé, jusqu'à l'extermination. Certains ont très vite décidé de s'expatrier mais beaucoup n'ont pas pu ou ont trop attendu.

Revenons aux trois étapes de la sortie du bocal. Les lecteurs de ce blog ont pour la plupart déjà remarqué que la température était en train de monter. La deuxième étape demande déjà qu'on réfléchisse sérieusement sur sa situation, sa dépendance, sa résilience vis à vis d'une baisse de revenu, d'une rupture d'approvisionnement en énergie ou nourriture, de l'éloignement du travail, de la famille ou des amis.

Le passage d'un échelon à l'autre présente tout d'abord une difficulté matérielle: il faut investir de l'argent, vivre avec une baisse de revenu, marcher ou pédaler, consacrer plus de temps à certaines choses, etc. Mais ces difficultés sont rarement infranchissables à partir du moment où la volonté est là.

5e4e613460916942908592b38c0f3458.jpgLa difficulté est d'ordre psychologique. Il faut affronter sa propre tendance à l'optimisme, sa tendance à privilégier les gains à court terme, sa tendance à l'immobilisme. Ces premières victoires ne sont pas suffisantes, car ensuite il faut affronter le regard des autres, leur incompréhension, leurs tendances à l'optimisme et à l'immobilisme.

Il y a également la difficulté à évaluer clairement la situation et à déterminer des signaux d'alarme indiquant qu'il faut impérativement gravir un échelon. Si la température de l'eau ou l'échelle de tempête sont de lecture facile, il n'en n'est pas de même dans la vie.

A quel moment vais-je me débarrasser de mes actions, hedge funds et autres produits structurés ? A partir de quel niveau de charge vais-je changer d'habitation ?  A partir de quel prix de l'essence vais-je déménager ou me débarrasser de ma voiture ? A partir de quelle dégradation de l'économie vais-je changer de métier ? A partir de quelle dégradation politique vais-je descendre dans la rue ?

Si on y réfléchit sérieusement, on réalise qu'il est très raisonnable de se fixer des seuils d'alerte mais les définir est une autre affaire. De plus, cette démarche, pour être effective, doit être réalisée dans le cadre familial, voir plus (clan, quartier, région).

L'ironie serait de finir ébouillanté en étant parfaitement conscient.

ed66fdd59c176dcff01a8820b799cfcd.jpg

Je le savais !

Lien permanent Catégories : Humeur Imprimer

Commentaires

  • Il est temps de réagir ...

Les commentaires sont fermés.