Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Plans pour 2008

On conseille souvent de ne pas négliger la phase d'observation, et même d'observer longtemps, au moins une année. C'est ce que j'ai finalement fait, même si c'était plus de la réflexion que de l'observation. Mais voilà, j'ai enfin mon design de base.

7da68af391908753a6d44555e2d0e297.png

On peut dire que j'ai souffert du syndrome de la page blanche, qui dans ce cas était un terrain plat et rectangulaire de 40x100m sur lequel on peut faire tout et presque n'importe quoi.

Mon problème principal était le manque de largeur. Certains diront que 40m c'est pas mal, mais orienté est-ouest, si vous voulez y planter des pécans qui atteignent 50m, vous aurez un problème de voisinage !

J'ai également revu à la baisse mes attentes et mes objectifs pour ce site. Je voulais y mettre trop de chose, des animaux, des structures, y faire toutes sortes d'expériences, etc. Maintenant c'est plus clair, ce sera un jardin forêt, il se concentrera donc plutôt les zones 3 (agroforesterie), 4 (cultures plein champs)  et 5 (zone sauvage). J'espère pouvoir y mettre une structure bâtiment-serre, mais je risque d'avoir à lutter avec les autorités communales pour avoir une autorisation.

Le site sera composé de deux haies paraboliques faisant office de coupe-vent et concentrateur de chaleur. La haie ouest sera spécialisée "coupe-vent" (vents forts, chauds et humides), la haie centrale sera spécialisée bio-diversité (effet coupe-vent moindre mais maximum d'espèces intéressantes), la haie est sera spécialisée "protection" (épineux et persistants contre les vents froids et la route).

Pendant longtemps, j'ai envisagé de clôturer le site, pour le protéger contre divers "dangers": vaches paissant à côté, chevreuils s'attaquant aux jeunes arbres, chiens, vandales, voleurs, etc. Mais cette idée de clôture métallique ne me plaisait pas trop, j'ai donc décidé de poser une petite clôture temporaire, pour marquer les limites (et éviter des crottes de chiens) puis de planter une barrière vivante composée d'églantiers et de houx pour en faire une haie plessée. Cela devrait constituer à terme une barrière naturelle et quasiment infranchissable.

Le problème de ce terrain est qu'il ne dispose pas d'eau toute l'année, il est traversé dans sa longueur par un bisse qu'on peut bloquer pour inonder la zone. Comme je ne vais pas y travailler avec des engins, rien ne s'oppose à ce que ce bisse prenne une forme plus sinueuse et irrigue tout le terrain et alimente deux étangs (pas aussi gros que sur le dessin) qui serviront de réservoir d'eau pour la faune mais aussi pour mes besoins d'arrosage lors de la plantation. Si je peux y bâtir mon hangar, je pourrai aussi collecter de l'eau de pluie.

Le dessin montre deux paraboles quasiment symétriques, mais cela n'est pas définitif, la zone ouest sera laissée livrée à elle-même jusqu'à ce que la zone est sera aménagée et plantée, en attendant elle servira de coupe-vent supplémentaire, de jachère fleurie et de réservoir à mulch.

A partir du moment où le terrain est protégé, pas piétiné, ni pollué, ni coupé, le temps travaille pour moi: la fertilité et la biodiversité ne cessent d'augmenter. Je vais pouvoir me concentrer sur la première moitié sans me faire de soucis pour le reste.

Lien permanent Catégories : Permaculture Imprimer

Commentaires

  • Bonjour Imago,
    Je suis très intéressée par ton design. Pourrait-on en discuter? J'ai ouvert le site permaculture de la Côte, ainsi que le blog Sauvons la terre pour sauver la planète, et c'est là que j'ai vu ton commentaire, datant de février…
    Quoiqu'il en soit, ce n'est pas évident de trouver des gens connaissant la permaculture dans la région. Contacte-moi si tu as le temps.

    A bientôt!
    Angela

  • Au fait, s'en est où ce design ?

  • Il avance péniblement. Suite à la plantation il y a eu deux années plutôt sèche, et dans une plaine exposée aux vents, au soleil et sur sol pas très profond j'ai eu presque 50% de pertes sur la haie. Les plants restants poussent péniblement.

    J'ai peu de temps à y consacrer (le fait d'avoir pris une vigne n'aide pas). Pour l'instant je prépare des nouveaux plants pour planter cet automne.

    Je me console en pensant qu'en attendant la vie du sol s'améliore et que le jour où j'aurais vraiment le temps de m'occuper ça ira mieux.

    Cela dit, la leçon que j'en ai tiré pour l'instant est que le point bloquant, en tout cas chez moi, c'est l'eau. Je crois que je vais finalement demander qu'on m'installe une arrivée d'eau pour l'irrigation.

Les commentaires sont fermés.