Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Poules appenzelloises huppées

Certaines poules préfèrent dormir dehors et n'ont pas peur du froid

poules_extérieur.jpg

Il s'agit de poules appenzelloises huppées, une ancienne race suisse que je suis en train d'élever.

Elles sont très rustiques, adaptées à la montagne et résistantes au froid, à cause de leur huppe qui protège leur crête cornue.

J'ai douze poules et un coq mais trois d'entre elles refusent de dormir à l'intérieur, seule la grosse neige bloque leurs efforts pour passer à travers le filet de protection et aller se percher sur le sureau noir.

Lien permanent Imprimer

Commentaires

  • Niveau ponte ou chair, elles se défendent ?

    Tu penses sélectionner les perchées pour la reproduction ? (tu persévères toujours dans le domaine ?)

    J'avais regardé un peu du côté de la volaille qui peut voler pour se protéger et les "canard" de barbarie se perche aussi dans les arbres

  • J'ai mis à jour le texte avec un lien vers une description plus détaillée de la poule, pour répondre à ta question elle est plutôt destinée à la production d'oeuf, mais ceux-ci sont légèrement plus petits que les oeufs du commerce.

    L'intérêt de cette poule réside en son adaptation à la montagne, mais cette capacité à dormir dehors dans les arbres pourrait être intéressante pour la défense nocturne contre les prédateurs (il faudra que je pense à mettre un système pour empêcher les fouines de grimper) et certainement un aspect sanitaire, les poules ne passent plus la moitié de leur temps confinées dans un local puant saturé de microbes et autres parasites.

    Cette année, j'ai élevé 16 poussins (dont 9 poules) et très rapidement les jeunes poules préfèrent aller se percher plutôt que rentrer dans leur maisonnette. Il suffirait donc de mettre la maisonnette au pied d'un arbre cible pour qu'ils l'élisent comme domicile. Je pense qu'il suffit que quelques unes grimpent pour que les autres suivent. Dans mon cas il y en a que 4 parce qu'il faut passer à travers un filet et faire preuve d'une certaine habilité que toutes n'ont pas.

    Il reste encore à régler le problème de la ponte, il faut qu'il y ait également des pondoirs suspendus ou au sol. Je vais en construire un et voir ce que ça donne.

  • Bonjour,

    desole de poser une question sans rapport avec ce sujet, mais avec le compost, suite a votre tres bon article.
    Est-ce que ces derniers doivent etre recouverts d'un toit ou bien a ciel ouvert?

    Merci d'avance pour votre reponse.

  • @Fred: Il faut mieux le couvrir, pour diverses raisons liées à votre climat : il sera ainsi protégé du soleil et de la déshydratation dans une région chaude et sèche, ou du lessivage dans une région trop humide.

    Chez moi, le plus grand ennemi du compost, c'est le vent chaud et je dois même l'humidifier, alors que certains en Grande-Bretagne doivent mettre un toit pour éviter un excès d'eau...

  • Merci pour votre reponse.
    Je suis au Japon, avec un climat a peu pres equivalent a celui de la Drome, avec cette difference notable que l'ete est tres humide a cause de la saison des pluies de juin, et que l'hiver est plutot sec.

    Avec quoi est-ce que l'on peut couvrir un compost. J'ai cherche sur le net des exemples, mais autant j'en ai trouve pour des toilettes seches, autant tres peu de tas de compost pris en photo... ca se comprend en meme temps.

    Merci d'avance!

    Fred

  • @fred: ça dépend du type de compost, si c'est un tas il faut une bâche, s'il est dans un conteneur, il faut un couvercle, planches, tôles ondulées. L'important est que s'il pleut vraiment beaucoup il ne doit pas être lessivé (mais vraiment il doit pleuvoir beaucoup) car en général il faut plutôt le protéger de dessèchement. Personnellement j'ai des composteurs en plastique avec couvercle intégré.

    Tu peux essayer de ne pas le couvrir du tout, tant qu'il reste raisonnablement humide, c'est bon.

Les commentaires sont fermés.